La faiblesse de l’immobilier réside dans l’écart important entre ce qu’on appelle la rentabilité brute et la rentabilité nette. Le rendement final obtenu (rentabilité nette) dépend étroitement des frais, ainsi que du vide locatif. Il peut être tentant d’acheter un bien au titre d’investissement pour les rendements brut élevés promis: souvent utilisée comme argument de vente, la rentabilité nette ne reflète pas la réalité puisqu’elle ne prend pas en compte les frais inhérents à la propriété.

Mieux vaut donc favoriser une rentabilité nette de frais et de charges, qui fournira une analyse de rentabilité plus réaliste et rationnelle. Le rendement net prend en compte le revenu que rapporte un investissement en tenant compte des frais liés à l’entretien et la gestion du bien immobilier. Ce calcul part du principe (et prend en compte) le fait qu’un investissement immobilier nécessite des frais pour pouvoir continuer à être loué aux prix du marché ou pour le valoriser.

Avez-vous trouvé votre réponse?