Les organismes financiers qui octroient des crédits immobiliers désirent toujours s'entourer du plus grand nombre de garanties possible. Il existe une multitude de garanties que les banques peuvent demander à cet égard, la caution est l’une d’entre elles.

Se porter caution pour quelqu'un veut dire s'engager à payer à sa place s'il n’honore/n’est pas capable d’honorer ses engagement. Si leur emprunteur ne présente pas suffisamment de garanties pour le remboursement, les organismes financiers peuvent exiger l'intervention d'une ou de plusieurs cautions. S’engager comme caution impose la plus grand prudence:  si l'institution financière exige des garanties complémentaires, c'est précisément parce qu'elle estime que le risque de non-remboursement est important. Or, si le débiteur principal ne paie pas, le créancier se retournera contre la caution, et pourra, à défaut de paiement amiable, saisir ses biens (tant mobiliers qu'immobiliers). Il existe cependant plusieurs types de caution:

  • La caution simple: le créancier doit d'abord s'adresser au débiteur principal et tout mettre en œuvre pour récupérer ce qui lui est dû. Il ne pourra se retourner contre la caution qu'après avoir utilisé tous les recours possibles.
  • La caution solidaire : la caution et le débiteur principal sont sur pied d'égalité: le créancier peut réclamer la totalité de la dette à l'un ou à l'autre. Il ne doit pas prouver que le débiteur principal est insolvable.
  • La caution indivisible: plusieurs personnes ont accepté de se porter caution, et le créancier s'est réservé le droit de réclamer l'entièreté de la somme à n'importe laquelle des cautions. Si c’est le cas, celui qui a dû payer la totalité de la dette peut se retourner contre les autres cautions pour leur demander une participation proportionnelle.
  • La caution limitée: la caution  peut être limitée à une partie du montant de la dette, ou pendant une période déterminée.
Avez-vous trouvé votre réponse?