Lors de l’achat d’un bien immobilier, il est primordial de correctement établir le budget globale destiné à l’achat, c'est à dire prévoir l’ensemble des dépenses inhérentes et prévoir le remboursement de celles-ci.

Pour éviter tout problème, il faut que les moyens financiers dont le candidat-acquéreur dispose au moment de l'achat soient supérieurs aux dépenses à prévoir et que les montants des revenus qu'il peut affecter au bien soient supérieurs aux montants à payer tous les mois. Sans la réunion de ces deux conditions, l'acquisition projetée n'est pas réalisable.

Ce budget est donc basé sur plusieurs variables: 

  • Les rentrées financières et le niveau d’endettement. Les banques considèrent généralement qu'un acquéreur ou un ménage ne doit pas consacrer plus de 30% de ses revenus mensuels au remboursement de son crédit hypothécaire. Cette norme ne prend pas en compte d'autres rentrées ni l’évolution de toutes ces sources de revenus dans les années à venir. En d'autres mots, le montant alloué par les banques sera calculé sur base du salaire net au moment de la demande.
  • L’apport personnel ou fonds propres, c’est à dire les économies dont l’acquéreur dispose, en considérant les  dépenses importantes prévues dans les prochains mois ou l’arrivée imminente d’une grosse somme d’argent. 
  • La durée de l’emprunt: plus la durée de l’emprunt est longue plus les intérêts seront importants mais ils seront plus échelonnés ce qui permettra d'avoir une montant moins important à rembourser mensuellement. 

En d’autres mots, définir son budget consiste en une soustraction entre les actifs du candidat-acquéreur et son passif. L’actif résulte des moyens dont il dispose: ses liquidités immédiates, c’est à dire ses économies personnelles et le montant du financement et ses liquidités périodiques, c’est à dire la partie de ses revenus qui peut être affectée à l'immeuble. Le passif correspond aux dépenses à prévoir, également scindées en dépenses immédiates et périodiques. Les dépenses immédiates comprennent le prix d'achat de l'immeuble, les frais de l'acte d'achat, les frais de l'acte d'emprunt et le coût des transformations et réparations à prévoir immédiatement. Les dépenses périodiques correspondent aux mensualités de remboursement de l'emprunt, aux charges communes (pour les appartements), aux primes d'assurance vie et assurance incendie, au précompte immobilier et aux montants des consommations privatives.

  • Calculateur de sa capacité d’emprunt

Avez-vous trouvé votre réponse?